Être réfugiée en France, quel vécu ?

Echanges entre notre équipe et une famille réfugiée d’Ukraine, hébergée à L’Etape Insertion.

O. a bien voulu témoigner de son vécu, en présence de ses filles, S. et T., réfugiées ukrainiennes, arrivées en 2022.

« Comment voulez-vous commencer votre histoire ?

– Le matin du 24 février, cela a commencé quand mon mari m’a réveillée. Ce qui s’est passé est une sorte de tragédie, une roquette s’est détachée à des kilomètres de notre maison, nous vivons à Kiev, non loin de l’aéroport.

Et après cela, en combien de temps avez-vous décidé qu’il fallait partir ?

En général, nous espérons que tout cela se termine très vite. Nous vivons dans un siècle où il ne devrait pas y avoir de telle guerre. Nous avons expliqué à nos enfants que nous ne quittions la maison que pour 2 jours. Nous sommes allées chez ma mère pour ne pas rester à Kiev.

Jusqu’au dernier moment, je ne voulais pas quitter le pays, je ne voulais pas quitter mon mari, ma famille. Et j’ai essayé de rester en Ukraine mais les circonstances se sont avérées telles, que les avions ont commencé à voler, puis les grottes anti-bombe…

Dans les hôpitaux, il n’y avait plus d’insuline et j’ai senti que ça allait être un gros problème et que nous irons dans une autre région, celle de Vinytsia. Puis, de là, nous sommes allées jusqu’à Loutsk. Depuis Kiev, nous avons parcouru 600 km pour y aller.

« On a cru jusqu’au bout que la guerre finirait bientôt. »

Et donc il n’y avait nulle part de l’insuline, on nous a conseillé qu’il valait mieux aller en Pologne, qu’il y aurait un meilleur approvisionnement.

Et vous avez décidé d’aller en Pologne…

Nous étions en Pologne depuis 5 jours et un bénévole nous a indiqué qu’il y avait une organisation qui guide les personnes handicapées vers la France. Avec mes 2 filles, nous avons donc été accompagnées par un bénévole polonais vers la France, en bus.

  • Nous sommes arrivés à Paris et nous y sommes restées 4 jours puis, …
  • nous avons été hébergées par une famille française à Nantes. Nous sommes restées dans la famille pendant 2 semaines, puis …
  • nous avons été placées dans un hôtel à St Herblain. Puis, …
  • nous sommes allées dans un camping à Piriac pendant plus d’un mois. Après, …
  • nous avons été transportées à Blain, dans une maison de retraite accolée à l’hôpital psychiatrique EPSYLAN.
  • Après Blain, nous avons été prises en charge par L’Etape Insertion à Nantes.

L’Etape nous a très bien reçues, ils se sont immédiatement occupé de nous et nous avons été très très satisfaites.

Comment s’est passé votre voyage ?

En Pologne, nous avons fait face à un danger. Il y avait une femme qui était très intéressée par mes filles, et la situation était telle que nous avons dû aller quelque part le plus tôt possible.

La femme avait demandé que les filles l’accompagnent au centre de Varsovie, qu’elle avait besoin de récupérer certaines choses, que des connaissances l’attendent là-bas. Mais à mon avis, il ne vaut mieux pas communiquer avec cette personne. Beaucoup de jeunes ont disparu à la frontière lors de ce drame et ils continuent à disparaitre.

Les filles ont dîné dans une cuisine commune en Pologne, elles se sont senties malades. A 9 heures du matin, elles se sont senties très mal. Elles ont vomi.

dessin de deux oies habillées à la mode ukrainienne
dessin de deux oies habillées à la mode ukrainienne

« Et depuis ce problème, je ne laisse plus mes filles aller seules. »

M. [travailleur social de L’Etape Insertion] m’a demandé pourquoi je suis toujours avec elles, pourquoi on est tous ensemble… Mais c’est parce qu’on a eu tellement peur de la situation.

Des questions se sont posées, T. est majeure, pourquoi devrais-je aller avec elle ? Parce que c’est un pays étranger et que je m’inquiète pour mes enfants.  

« En Ukraine, tout était complètement différent. »

T. avait déjà étudié à l’université, elle était plus indépendante. S. allait à l’école. Il n’y avait pas un tel danger. Elles étaient indépendantes.

Comment ça se passe en France ?

Maintenant, on se sent bien, nous sommes reconnaissantes à la France de nous avoir acceptées, de se soucier de nous, et d’essayer de nous aider.

Un jour, T. était vexée car une dame lui avait demandé si elle connaissait les crevettes. Comme-ci les ukrainiens ne connaissaient pas les crevettes…

Le seul problème c’est que tout le monde nous associe à un étranger, associe l’Ukraine avec la Russie. L’Ukraine est un pays très développé.

C’est difficile pour toi de ne pas faire ton métier d’infirmière en bloc opératoire...

Avec le français, c’est très difficile.

Comment tu te projettes dans les prochains mois ?

Quand j’aurai terminé les cours de français à l’Ofii (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration), nous déciderons avec Pôle Emploi quels seront mes projets futurs. En ce moment, je fais du ménage donc pour l’instant, ce sont mes perspectives.  Je travaille 3 jours et le reste, je fais les cours d’Ofii.

S. ne fréquente pas d’école en France mais elle suit ses cours en ligne avec l’école ukrainienne. T. est à l’université de Nantes et fait des cours de Français. Elle souhaiterait être régisseur de spectacle (metteur en scène).

dessin a la peinture de six tournesols

Qu’est ce qui reste difficile pour toi en France ?

Nous sentons votre soutien avec la médecine, avec vos explications, mais vous devez comprendre que nous n’avions pas l’intention de venir ici ; cela nous semble un peu confus.

« C’est très difficile quand votre famille est divisée en moitié. »

Nos hommes n’ont pas le droit de partir quand ils sont en âge d’être intégrés dans l’armée. Les hommes avec 3 enfants et ou qui ont un handicap peuvent partir car nous sommes en guerre.

Chaque matin, je commence à regarder les informations pour voir ce qu’il s’est passé en Ukraine. Et puis je planifie ma journée ici.

Nous sommes reconnaissants que l’ETAPE nous aide et se soucie de nous. Le travailleur social qui nous accompagne a permis à T. d’étudier à l’Université gratuitement. »

NB : les dessins ont été réalisés par l’une des filles d’O.

20 juin 2023, journée mondiale des réfugié.es

Autres actualités
L'Etape insertion Grande précarité : un nouveau...
L'Etape insertion "Appel aux dons pour notre activité...
L'Etape insertion Invitation et temps d'échange chez une...